Comment le créateur de la marque Les Benjamins continue de placer Istanbul sur la carte du streetwear

Entretien à l’occasion de la sortie de sa nouvelle collaboration avec Puma.

By
Mode 

C’est un peu cliché, mais le rapport Est/Ouest, c’est ce que je suis“. Il se dit que dans tout cliché réside une part de vérité, celle qui émane du poncif de Bünyamin Aydin est entière. Au moment de ces mots, s’étire devant le créateur de la marque Les Benjamins, dans un panorama irréel, le fleuve du Bosphore. La frontière naturelle entre les continents asiatiques et européens, dont les rives bercent sa ville d’Istanbul, symbole d’une union des cultures, à l’image de cette place où basilique Sainte Sophie et mosquée bleue se font face. “Il y a même beaucoup d’héritage français ici“, poursuit le designer, raison pour laquelle – en plus d’un clin d’oeil à son prénom – il a décidé au lancement de sa marque en 2011 de mettre en relief la langue de Molière avec Les Benjamins ‘en français dans le texte’. Comme l’illustration du mélange culturel qui l’inspire. Et qui fait l’ADN de Benjamins plus si minots sur la planète mode, en témoigne le second volet d’une collab avec le mastodonte PUMA, pour lequel le label a invité au voyage sur ses terres.

Photo PUMA x Les Benjamins

Bünyamin Aydin. Crédits photo : Andreas Fuchs.

Les Benjamins, quand la culture rencontre le sportswear

Le voyage. Une bonne partie de la vie de ‘Benji’ comme on le surnomme, qui nous décrit une enfance en Allemagne, des études en Suisse, jusqu’à la Turquie et un quotidien actuel rythmé par les trajets en avion. “Peut-être parce que j’ai été confronté au voyage et à des cultures différentes dès mon plus jeune âge, j’adore rencontrer, apprendre des gens, découvrir de nouvelles cultures“, poursuit-il. De tous ces voyages découle en effet l’appétit culturel, un élément fondateur auquel il en a joint un autre, le sport, pour établir sa philosophie de designer et l’identité de sa marque : “Culture + confort“. Chaque saison, Les Benjamins part donc à la découverte d’une culture et la mixe avec un sport particulier. Exemple récent et marquant, une collection réunissant Japon et basketball.

Un mélange qui fait mouche en Turquie, où la cote de popularité de la marque est impressionnante. Peut-être parce que la jeunesse du pays, notamment rassemblée à Istanbul où la moyenne d’âge des presque 20 millions d’habitants ne dépasse pas 27 ans, voit en elle le représentant du streetwear dont elle est avide, streetwear qu’elle voit comme synonyme de liberté. “Istanbul est une ville émergente sur la planète mode. Ce n’est pas encore Paris ou Milan, mais il y a un mouvement intéressant, créatif, qui grandit“, confirme ‘Benji’. On comprend mieux l’approche du géant du secteur PUMA en vue d’une collaboration, dont le premier volet fut dévoilé en mars dernier. De son côté, le designer n’a pas hésité, dans son ambition jamais assouvie de dépasser les frontières. On m’a approché dans le cadre d’une stratégie voulant accorder de l’espace à de jeunes directeurs créatifs pour délivrer un message. J’ai aimé l’idée, et connaissant l’héritage sportswear de PUMA tout en étant capable de designer du footwear – je suis un sneakerhead -, j’ai été emballé. Quand PUMA m’a proposé cette collab globale, disant qu’ils appréciaient mon travail, je n’ai pas hésité“, explique-t-il. Quant au message à délivrer, il embrasse celui des Benjamins. “Journey of Discovery”, indique ainsi le titre de l’association. Il est donc toujours question de mélange d’influences et de voyage… mais pour la deuxième édition, d’un voyage à pieds.

Les sneakers PUMA x Les Benjamins. Crédits Photo : PUMA.

Du hiking et des tapis turcs, un message global

Pour la seconde collaboration avec PUMA, c’est la randonnée qui a constitué l’exploration sport de Les Benjamins. “Le hiking est ce qui nous a inspirés sur notre deuxième collab. Quand je collabore, j’ai toujours le souci de respecter le partenaire, et j’ai le souci de mettre autant d’ingrédients de l’un et de l’autre. Je veux respecter l’héritage de Puma, qui a un background sport, tout en mettant de mon ADN. Le challenge pour un designer est de trouver l’équilibre. Là on a pensé hiking, mais on a aussi conservé notre signature“, résume ‘Benji’, qui pointe la capuche d’un hoodie et la ligne féline d’une sneaker, toutes deux marquées du motif évocateur d’un tapis turc. La signature Les Benjamins. “On a mixé hiking et culture, et c’est un hybride inattendu. C’est ça, Les Benjamins : unir deux univers a priori opposés. C’est le message“.

Le Machu Picchu et la culture inca, élue par Les Benjamins sur sa propre collection hivernale, furent également des moteurs dans le nouveau drive de la marque avec PUMA, ‘Benji’ désignant cette fois le logo imaginé pour l’occasion, reprenant les silhouettes des montagnes péruviennes. En ressort une collection fortement empreinte d’outdoor, à l’instar de ses polaires et parkas, mais destinée à un usage urbain. “Aujourd’hui tu peux porter des Salomon avec un costume, je pense que c’est une tendance qui monte“, continue le designer pour synthétiser l’idée de ce nouveau vestiaire. “Hybride inattendu“, “outdoor urbain“, les termes peuvent interroger, la ligne est claire. Et avec elle, Bünyamin Aydin d’exporter sa “carpet pattern” plus loin. “Le message est global. On est la première marque turque globale. Je crois que c’est quelque chose de nouveau“, conclut-il, toujours face à ce fleuve tentaculaire. À la croisée des mondes, des rêves de conquêtes.

Photo PUMA x Les Benjamins

Crédits Photo : Andreas Fuchs.

La collaboration PUMA x Les Benjamins est d’ores et déjà disponible à l’achat, sur le site de PUMA.

 

Aidez-nous à mieux vous servir

Nous apprécions votre soutien en autorisant des publicités HYPEBEAST, où nous pouvons partager des contenus liés aux dernières tendances, et culturellement pertinents. En ajoutant HYPEBEAST à la liste blanche de votre bloqueur d’annonces, les annonces diffusées sur nos sites seront diffusées pendant la navigation.