"Aujourd’hui tout est fake, ici il y a du travail, du talent, on s’est cassé la tête" - Booba nous présente sa nouvelle marque, DCNTD

On a rencontré le DUC pour le lancement de sa nouvelle griffe.

By
Musique Mode 

Quelques mois après avoir lâché avec fracas Ünkut, la marque qu’il drivait depuis une quinzaine d’années, Booba revient aux vêtements avec une toute nouvelle griffe. DCNTD, pour Disconnected. Un grand écart visuel avec son précédent dans la mode. Et une manière, aussi, de revendiquer une autre philosophie de vie, et de dénoncer des pans de la société qu’il abhorre. Le DUC nous a expliqué ce message et ses vêtements en compagnie de son designer Tome, ancien de Rocawear, dans l’espace parisien qui abritera le pop-up de lancement de la marque.

Photo DCNTD

Crédit Photo : Thomas Barthélemy/HYPEBEAST FRANCE

Du noir et du blanc. Un peu de marine. Quelques touches de couleurs annexes, mais avec une parcimonie qui confine presque à l’anecdotique. À voir les pièces de la toute première collection de DCNTD, la nouvelle marque de Booba, le souvenir d’Ünkut est vite balayé. On est là sur quelque chose de sobre, avec un branding limité, loin des logos ou motifs ostentatoires. “J’avais envie de faire quelque chose de différent“, résume B2O quand vient la question de la genèse de l’aventure. “J’y pensais depuis un moment, avant même qu’Ünkut ne s’arrête, avant même de savoir qu’Ünkut allait s’arrêter“, poursuit-il, casquette de sa nouvelle marque vissée sur le crâne. Dessous, il y a des idées claires, et l’envie de prôner un mode de vie et une société différentes. Parce que Disconnected, ainsi qu’on prononce le nom, est une griffe qui ne se résume pas au visuel. C’est une philosophie. Ou comme dirait le DUC, “un statement“.

DCNTD, “une invitation à la prise de conscience”

Booba veut raconter une histoire avec son nouveau label. Et cette nouvelle histoire, c’est son acolyte Tome qui la résume le mieux. Son designer, qui a collaboré avec Jay-Z en assurant les collections européennes de sa marque Rocawear pendant une décennie, a épaulé B2O de bout en bout, et élaboré avec lui, au-delà des vêtements, le storytelling. “Disconnected, ça renvoie au fait qu’aujourd’hui, les gens sont déconnectés d’eux-mêmes et des autres. C’est une invitation à en prendre conscience, et à se reconnecter. C’est un signal : ‘disconnect from the bullshit, et reconnecte-toi avec toi-même’”, décrit-il, pointant du doigt le logo de la marque, une inspiration amérindienne symbolisant ce discours, un aigle perché au-dessus d’un oeil décrit comme “une fenêtre pour revenir à la nature“. Non, ce n’était pas là une référence à la fameuse punchline “les aigles ne volent pas avec les pigeons“. Quoi que : avec DCNTD, Booba veut tracer un chemin différent des autres. Et à la spiritualité de son designer, il ajoute les critiques.

Quand on dit Disconnected, c’est ça, ‘disconnect from the bullshit’. Aujourd’hui c’est vraiment un monde très fake. Même dans la mode hein, sans critiquer, je vois qu’il y a beaucoup de bullshit. Sans critiquer, mais je pense à un truc Supreme… C’est même plus de la mode, on en fait un truc extraordinaire, alors que les mecs ils ont un logo et ils font des batteries, des boules de pétanque, des violons… ça veut dire quoi au bout d’un moment ? T’es une marque de vêtements, pourquoi t’es aussi haut placé dans la mode, alors qu’en vérité pour moi, niveau création y’a rien… C’est du cirque“, claque B2O. Si DCNTD est une invitation à la prise de conscience d’un système dont la mode fait partie, il en est donc aussi une critique, et volonté de s’y soustraire. Dès lors, Booba dit vouloir mettre en avant, “comme dans la musique“, des notions qui lui sont chères : sincérité, travail, et talent. “Ce que je déteste dans beaucoup de choses, c’est que derrière il n’y a pas de talent. Tu mates une vidéo aujourd’hui, tout est fake, tout est filtré, tout est retouché… au lieu de travailler, les gens choisissent la facilité“. À tout ça, il veut donc opposer son discours, qui se traduit en une mode “pas farfelue” et qualitative.

Photo DCNTD

Crédit Photo : DCNTD

Une première collection qualitative, des pièces intemporelles

Force est de constater en effet, en balayant cette première salve de vêtements DCNTD, que la qualité est au rendez-vous. Et ce, quelle que soit la ligne qui la compose : sur CORE, celle qui regroupe les basiques, on appréciera les broderies et un molleton épais – “420 grammes“, nous susurre Tome – sur des hoodies ou sweatpants. Sur la CLOUD, qui constitue les vestiaires saisonniers, les matières techniques des vestes, gilets tactiques ou tracksuits. Et enfin, avec la première d’une série de capsules – qui comprendra plus tard des collabs -, où la qualité se veut plus premium encore. Les tees que nous pointe Tome du doigt sont élaborés dans les mêmes usines portugaises qui s’occupent des pièces de poids lourds du luxe tel Off-White. Portant un t-shirt graphique de cette première capsule, le DUC savoure : “Quand on dessine, quand tu vois ce petit détail là, le logo, les placements, les matières, y’a vraiment du travail, du talent, on s’est cassé la tête“. Pas simple en effet, de retranscrire en vêtement la philosophie DCNTD. Il y a qualité donc, mais aussi les petits détails, comme une ligne déstructurée, une broderie contrastante, ou simplement le placement d’un logo.

Photo DCNTD

Crédit Photo : Thomas Barthélemy/HYPEBEAST FRANCE

Habituellement il est au centre, sur la poitrine, explique Tome. Mais c’est Disconnected, alors sur notre première capsule on l’a mis sur un côté, plus au bas, au niveau de l’estomac. On peut trouver du braille, aussi. J’aime les graphismes minimalistes, ça m’a parlé, la symbolique aussi : tu ne peux ne pas voir, mais tu peux ressentir. C’est ce qu’on veut faire, notamment sur la partie capsule, on veut que les gens ressentent à travers le vêtement. La fabrication, la matière, le feeling au porté, c’est important pour nous“. La première collection DCNTD, si certains pourront la juger trop basique, est bien exécutée. Et semble répondre à la philosophie de ses créateurs. En effet, comment s’extraire des tendances de la mode et toucher le plus grand nombre, si ce n’est en proposant un streetwear qualitatif et intemporel ? Au terme timeless, Booba rétorque “time will tell“. De son côté, s’il dit “ne pas aimer être mis dans une case“, Tome aime le principe. “Je pense que ce sera une marque intemporelle. On ne copie pas des tendances, on fait juste ce qu’on ressent, et quand tu fais ça, personne ne peut te doubler. On fait juste ce qu’on aime“. Faire ce qu’il aime, suivre “une passion” qu’il entretient depuis longtemps, voilà qui colle bien à Booba. Avec un DCNTD loin de son passif dans la mode, il risque fort de surprendre. Jusqu’à rassembler ? “Comme je le dis dans un son, ‘Drapeau pirate sous les bras, on se reconnaîtra’”, fredonne-t-il. Confiant. Le drapeau pirate est noir, et blanc.


Le pop-up DCNTD se tiendra au 56 rue Notre-Dame de Nazareth, dans le 3e arrondissement de Paris, du 7 au 9 juin (10h-20h). Les collections CORE ET CLOUD seront à retrouver sur le site de la marque à compter de ce 7 juin. La première capsule, « RECONNECT », sera lancée prochainement.

Lire l'article en entier

Que lire ensuite

Le shop français Distance présente son tout premier livre dédié à la culture running au Kenya
Sports Entertainment

Le shop français Distance présente son tout premier livre dédié à la culture running au Kenya

Images superbes et interview croisée.

Entre sculpture, vidéo et dessin, découvrez l'exposition d'Annette Messager à Paris
Arts

Entre sculpture, vidéo et dessin, découvrez l'exposition d'Annette Messager à Paris

Des œuvres inédites y sont notamment présentées.

IKEA collabore avec SONOS pour la collection SYMFONISK
Design Tech

IKEA collabore avec SONOS pour la collection SYMFONISK

Et dévoile deux enceintes design.


Le PSG vient de dropper de nouvelles casquettes
Mode

Le PSG vient de dropper de nouvelles casquettes

Pour passer un été aux couleurs parisiennes.

L'amour des poches et du zip dans le lookbook FW19 de Boramy Viguier
Mode

L'amour des poches et du zip dans le lookbook FW19 de Boramy Viguier

Le créateur franco-cambodgien a lancé sa griffe en 2018 après 4 ans chez Lanvin.

Plongez dans les coulisses de Chanel avec ce nouveau livre illustré
Mode

Plongez dans les coulisses de Chanel avec ce nouveau livre illustré

Au cœur des dernières collections de Karl Lagerfeld.

More ▾
 

Aidez-nous à mieux vous servir

Nous apprécions votre soutien en autorisant des publicités HYPEBEAST, où nous pouvons partager des contenus liés aux dernières tendances, et culturellement pertinents. En ajoutant HYPEBEAST à la liste blanche de votre bloqueur d’annonces, les annonces diffusées sur nos sites seront diffusées pendant la navigation.