Rennes, 20°C. L’immense tour des Horizons éventre un ciel bleu sans nuage. Aucun cumulus n’est à signaler dans le ciel breton un peu comme pour la saison de M’Baye Niang, joueur du stade rennais et international sénégalais à qui son équipementier PUMA a donné rendez-vous en plein centre de Rennes pour une séance photo ce mardi après-midi. À tout juste 24 ans, l’attaquant des rouges et noirs savoure sa récente victoire en Coupe de France face à l’ogre du PSG. Le 27 avril dernier l’équipe parisienne a trouvé plus affamée qu’elle et ce n’est pas M’Baye qui dira le contraire alors qu’il avale un carré de chocolat : “je me suis fait blanchir les dents il y a quelques jours je crois que je n’avais pas le droit de manger ça”. Tant pis pour les dents blanches, elles sont de toute façon acérées.

Ensemble Puma x HAN KJØBENHAVN

À l’aise Breizh

Avec 12 buts et 5 passes décisives, Niang réalise cette année une de ses meilleures saisons depuis le début de sa carrière. À son compteur il est venu ajouter la Vieille Dame, comme on la surnomme, pour parfaire cette année 2018/2019. “Ça procure une émotion exceptionnelle de gagner contre Paris parce que c’est tout d’abord une grande équipe avec de très grands joueurs mais c’était aussi pour le club une consécration”, nous confie Niang. Et pour cause, il faut remonter à 1971 pour voir le Stade Rennais soulever la coupe de France. M’Baye avait alors minus 23 ans, moins son âge donc, quand André Guy, attaquant de l’époque, marque un pénalty face à Lyon, seul but de la rencontre mais suffisant pour ramener la coupe à la maison (aller les rouges et noirs allez, désolée).

“J’ai pas réalisé tout de suite, j’étais comme sous le choc alors que le ballon était déjà hors des cages sur le penalty de Nkunku et que Tomas Koubek, le gardien était déjà en train de courir. J’étais comme figé”, se rappelle M’Baye qui, finaliste de la Coupe d’Italie en 2016 avec l’AC Milan remporte ici le troisième grand trophée de sa carrière après avoir soulevé la Supercoupe deux fois. “Le fait qu’on soit allé jusqu’aux tirs au but c’est encore plus beau que si on avait gagné sur le terrain je pense, l’effort a été immense et la tension maximum”. Une tension qui a poussé le jeune Nkunku à envoyer son ballon dans l’espace, libérant les Rennais malheureux finalistes en 2014 contre leurs voisins Guingampais.

Sneakers Puma x HAN KJØBENHAVN

Si les Bretons aiment la maxime “en Bretagne il ne pleut que sur les cons” pour répondre à ceux qui auraient tendance à pointer du doigts une météo peu clémente à l’ouest, au lendemain de la victoire des Rennais, il pleuvait surtout sur un public heureux, venu en masse pour célébrer ses champions : “Ils nous attendaient tous. Il pleuvait en plus ! Mais ils étaient tous là, hyper contents. C’est quand tu vois toutes ces personnes heureuses que tu te dis que le football c’est magique parce que ça redonne le sourire à pleins de personnes. On s’est tous regardé et on s’est dit qu’on était fier d’avoir écrit un bout de notre histoire dans ce club et que ça allait rayonner sur les jeunes aussi”. Un rayon de soleil et une éclaircie pour le club qui s’est séparé de son entraineur Sabri Lamouchi en milieu de saison et qui a su ne pas déstabiliser son effectif.

Avant Niang, d’autres joueurs de l’équipe du Sénégal, qu’il rejoindra cet été pour jouer la CAN, ont eux aussi connu le Roazhon Park. “Moussa Sow, Ismaïla Sarr, Kader Mangane sont aussi passés par ici. C’est qu’il ne doit pas pleuvoir tant que ça alors finalement (rires). Avant de signer à Rennes Moussa Sow m’avait dit que c’était un club familial qui aidait beaucoup les joueurs à reprendre confiance en eux. J’ai passé une année extraordinaire et avec les matchs qu’on a pu faire et le trophée qu’on a gagné ce sont des souvenirs qui resteront longtemps” assure Niang qui avait dû essuyer le banc du Torino après quelques écarts extra-sportifs en 2017. Mais loin de Milan, l’attaquant semble avoir trouvé en Bretagne une certaine paix intérieure. Installé avec sa fille, qui vient de fêter ses 1 an, M’Baye profite du calme de Rennes. Seul nuage dans cet après-midi bleu azur : Niang ne sait pas encore faire les crêpes.


Yes they CAN

Le 21 juin prochain Niang rejoindra la sélection sénégalaise pour disputer la CAN. Direction l’Égypte pour le groupe emmené par Aliou Cissé avec l’idée de s’imposer dans cette compétition qui rassemble la crème du football africain. Les Lions de la Teranga ne resteront pas à l’ombre des pyramides égyptiennes, avec un vainqueur de la coupe de France et un Sadio Mané sacré “Golden Boot” cette saison avec 22 buts au compteur, ex aequo avec Aubameyang et Salah, les fauves du Sénégal tenteront d’aller plus loin qu’en 2017 où ils avaient quitté la compétition en quarts de finale. Un rendez-vous attendu pour M’Baye qui s’était fait remarqué pendant la coupe du Monde 2018 jusqu’à se faire surnommer le Roi Lion : “Avec l’équipe du Sénégal on est toujours content de se retrouver. Il y a des jeunes mais aussi des plus anciens qui sont là pour nous épauler. C’est ça notre force, on ne se voit pas beaucoup en dehors de la sélection parce que nous sommes tous un peu dispatchés partout avec nos clubs respectifs mais quand on se retrouve c’est fusionnel. Chacun veut mettre son énergie au service du collectif”. Hakuna Matata.

On ne pourrait pas laisser filer la star rennaise sans aborder un des thèmes qui touche le football de plein fouet ces dernières semaines. Le racisme : “Personnellement je ne fais pas attention à ce que je peux entendre pendant le match. Ceux qui lancent des injures racistes je ne les calcule pas, ça me touche sans me toucher” assure Niang qui a dû faire face en Italie à des injures raciales durant les matchs. “Je leur répond sur le terrain si pour eux c’est la seule solution qu’ils ont trouvé pour t’atteindre c’est qu’ils sont plus faibles que toi mentalement. Ma solution à moi, c’est de les laisser parler jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que tu n’en as rien à faire et ils finissent par se taire. Surtout en Italie, ça ne m’a jamais déstabilisé pendant mes matchs. Je l’ai noté dans ma tête, je l’ai aussi parfois fait noter à l’arbitre mais je n’ai jamais voulu sortir du terrain pour arrêter le match. Je ne voulais pas leur donner raison”. N’oublions pas que dans la savane ce sont les lions qui finissent par manger les hyènes.


Credits
Photographer
Charles Michalet
Creative
Hanadi Mostefa
Text
Hanadi Mostefa
Tags
Share
 

Aidez-nous à mieux vous servir

Nous apprécions votre soutien en autorisant des publicités HYPEBEAST, où nous pouvons partager des contenus liés aux dernières tendances, et culturellement pertinents. En ajoutant HYPEBEAST à la liste blanche de votre bloqueur d’annonces, les annonces diffusées sur nos sites seront diffusées pendant la navigation.

Help Support Us

We need ads to keep the lights on and to continue providing free news to our readers. We’d appreciate your support by whitelisting HYPEBEAST on your ad blocker. That way you can keep reading all the great stories for free.

If you have already whitelisted us, simply refresh this page. To find out how to whitelist us, click the button below.

Back

Ajoutez-nous à la liste blanche

We appreciate your support in allowing HYPEBEAST ads. Most ad blockers have similar whitelisting steps and settings. If you need assistance, please contact us.

Adblock Plus

  1. Click on the red ABP icon in the upper right corner of your browser.
  2. Click “Enabled on this site” to disable ad blocking for the current site. In Firefox click “disable on HYPEBEAST”.
  3. Refresh the HYPEBEAST page that you were viewing.

Adblock

  1. Click the AdBlock hand icon.
  2. Click “Don’t run on pages on this domain”.
  3. A new “Don’t run AdBlock on…” dialog may be displayed in the middle of the screen.
  4. Move the “Site” slider to the right. After that, click “Exclude”.
  5. Refresh the HYPEBEAST page that you were viewing.

uBlock

  1. Click the uBlock icon.
  2. Click the large blue “power” button in the menu that appears to whitelist the current website.
  3. Reload the HYPEBEAST page that you were viewing.

Firefox Browser

Firefox Tracking Protection may activate our whitelist notice, which can be disabled temporarily for a browsing session by clicking the shield icon in the URL bar and following the instructions.

Disconnect

  1. Click the Disconnect icon.
  2. Click “Whitelist site”.
  3. Refresh the HYPEBEAST page that you were viewing.