Rencontre avec Mauro Icardi
Le nouveau BOSS de Paris

Nouvelle étoile de la constellation que forme le front d’attaque du Paris Saint-Germain, Mauro Icardi n’a pas mis longtemps à se mettre ses nouveaux coéquipiers et son nouveau public dans la poche. Buteur acharné, celui qui est arrivé dans les derniers instants du mercato estival en provenance de l’Inter est l’auteur d’un début de saison remarqué, avec en point d’orgue un doublé pour son tout premier Clasico face au rival marseillais.

À l’occasion de la sortie d’une toute nouvelle capsule BOSS x PARIS SAINT-GERMAIN qui reprend les codes emblématiques du club parisien et l’élégance chic et minimaliste de la griffe allemande et dont il est l’égérie, le natif de Rosario a accepté de répondre aux questions d’HYPEBEAST FRANCE. Entre son arrivée mouvementée, ses objectifs, sa rencontre avec Kylian Mbappé mais aussi son appétence pour la mode et sa nouvelle vie parisienne, l’homme aux sept buts en huit rencontres sous le maillot du PSG a livré ses premières impressions, aussi précises que ses frappes devant la cage. Entretien avec un goleador.

Mauro Icardi porte la nouvelle collab BOSS x PARIS SAINT-GERMAIN

HYPEBEAST FRANCE : Mauro, tu viens de marquer les esprits avec un doublé pour ton premier Clasico contre l’OM avec le Paris Saint-Germain. C’était un moment spécial pour toi ?

Mauro Icardi : À vrai dire oui, c’était très spécial. Cela fait deux mois que je suis arrivé, et le fait de jouer mon premier Clasico à la maison et pouvoir y marquer deux buts avec une victoire importante au bout, c’était quelque chose. C’était un très bon moment.

Comment se passe ton intégration dans le vestiaire ?

L’intégration s’est bien très passée. Dès mon arrivée, tous m’ont bien accueilli et particulièrement les joueurs qui parlent l’espagnol. Avec ceux qui ne parlent pas espagnol, on communique en anglais. Mais à vrai dire, tous m’aident quotidiennement. Quand j’ai besoin de quelque chose, ils sont là pour moi. Mon intégration s’est faite très rapidement grâce à mes partenaires.

Les supporters parisiens, eux aussi, t’ont immédiatement adopté.

Pour le premier match que j’ai joué ici, au Parc des Princes, ils m’ont montré leur soutien dès mon échauffement. C’était très émouvant pour moi. J’ai l’intention de transformer cette émotion en but. Je veux être le meilleur possible pour eux.

Parmi tes nouveaux coéquipiers, il y a un certain Kylian Mbappé. Quelles sont tes impressions à propos de lui ? On vous a rapidement vu assez proches sur les réseaux sociaux et lors des entraînements…

Avec Kylian, on a un feeling depuis que je suis arrivé. C’est un garçon très jeune qui fait déjà partie des joueurs les plus importants du monde. On s’est tout de suite entendus et on partage des choses sur le terrain, mais aussi en dehors. C’est l’un des meilleurs joueurs du monde et c’est un plus pour moi.

Tu réalises un début de saison tonitruant sous le maillot du PSG. Tu t’es fixé des ambitions pour cette saison ? Un objectif de buts, par exemple ?

 

Non je ne me fixe jamais d’objectif de buts. Bien sûr, comme je dis toujours, c’est important pour un attaquant de mettre des buts. Mais l’essentiel est que mes buts nous permettent de gagner des matches importants et, surtout, des titres. C’est sur cela que je me focalise et non sur le nombre de buts total que je vais marquer.

Après une année particulière et difficile pourrait-on dire la saison dernière, c’est l’année de ton retour au premier plan ?

C’est vrai que l’année dernière n’a pas été facile même si j’ai eu l’opportunité de jouer beaucoup de matches et marquer quelques buts. Mon ambition est de continuer à m’améliorer et je veux continuer à être l’un des attaquants les plus importants du monde. Je n’y parviendrai qu’en inscrivant le plus de buts possible et en travaillant toujours plus pour atteindre mes objectifs. C’est tout ce qui compte pour moi.

Tu as signé dans les derniers instants du mercato estival au PSG. Ton arrivée et ton installation n’ont pas été trop difficiles ?

Difficile, non. Mais, comme nous sommes une grande famille avec cinq enfants, le changement est plus compliqué pour eux. Ils sont encore à l’école à Milan et ils me rejoignent ici pendant les vacances. On ne voulait pas tout changer pour eux, justement. Mais on est bien. Et puis, quand j’ai du temps libre, je leur rends visite à Milan où on a encore notre maison.

D’ailleurs quand tu jouais à l’Inter, tu vivais tout près du stade. Tu as fait le même choix ici ?

 

Oui à Milan, je vivais même juste en face du stade. Ici, je suis un peu plus loin, je me suis installé à Neuilly. Ce n’est pas vraiment à côté, mais ce n’est pas si loin (rires).

Pull BOSS x PARIS SAINT-GERMAIN

Comment se passe ta nouvelle vie à Paris ? Que penses-tu de la ville ?

Paris me rappelle beaucoup Milan, qui est une ville top aussi. Mais, ici, c’est bien plus grand tandis qu’à Milan les choses y sont plus concentrées. J’étais déjà venu en vacances à Paris auparavant mais, pour le moment, je n’ai pas pu réellement profiter de la ville. Nous avons des matches tous les trois jours et quand je suis libre je repars à Milan pour mes enfants. Je ne suis pas encore sorti beaucoup.

Tu as une anecdote ou quelque chose à nous raconter à propos de ta nouvelle vie française ? Quelque chose qui t’aurais surpris ?

Une anecdote ? Comme je te disais, je n’ai pas encore pu faire grand-chose. Mais à vrai dire, par rapport à l’Argentine, l’Espagne et l’Italie, pour l’instant, rien ne me surprend. J’y retrouve beaucoup de choses en commun.

Paris et Milan sont les deux villes les plus associées à la mode dans le monde. C’est justifié selon toi ?

Oui, bien sûr. Je ne sais pas si Milan est la ville la plus importante en termes de mode, mais c’est définitivement l’une des principales. Personnellement, j’adore la mode et je la suis attentivement. Donc maintenant que je suis à Paris, je peux continuer à en profiter. Quand je suis arrivé, je suis tout de suite allé voir des défilés à la Fashion Week. Mais je vois Paris au même niveau que Milan, peut-être même un cran au-dessus, en termes de mode.

Puisqu’on parle de mode, c’est quelle genre de mode qu’aime Mauro Icardi ?

J’ai toujours aimé bien m’habiller. J’aime mélanger les styles de manière sobre. Je n’aime pas trop la couleur. Je préfère les styles un peu “basique” mais il faut que tout soit ordonné.

Je suppose que tu connais déjà Hugo Boss pour qui tu es l’une des égéries du club à l’occasion de la sortie de la capsule avec le PSG. Tu en penses quoi de cette collection ?

J’ai une histoire particulière avec Hugo Boss qui a commencé quand je jouais à Barcelone. C’est la première marque à avoir contacté mon agent pour savoir si l’on pouvait collaborer ensemble. Donc oui, on peut dire que je les connais bien. J’aime beaucoup leur capsule avec le PSG. Les couleurs sont celles de Paris avec le bleu foncé qui rappelle le maillot. Ce qui me plaît ici, c’est que c’est élégant et sport à la fois.

Depuis quelques années maintenant, le Paris Saint-Germain est un acteur important de la mode dans le football avec de nombreuses collaborations et autres collections comme avec Jordan et, ici, Hugo Boss donc. Que penses-tu de cette union ? Les deux univers sont complémentaires selon toi ?

Ce sont deux univers totalement différents. Je ne suis pas surpris que le football, qui rassemble énormément de monde, énormément de publicités, tende à se rapprocher du monde de la mode. Grâce à lui, une marque peut augmenter largement son niveau d’exposition, par exemple. Et à Paris, cette union me plait beaucoup et je suis ravi de pouvoir en faire partie et faire en sorte de réunir ces deux mondes.

Dans ton nouveau vestiaire, c’est quelque chose qui est pris au sérieux la mode, je me trompe ?

Dans le vestiaire, tous les joueurs font attention à leur manière de s’habiller. Ils veulent tous être beaux et parfumés (rires). Chacun à son style à lui. Certains sont plus classiques comme moi, d’autres plus “rap” si on peut dire. Mais chacun d’entre nous porte une attention particulière à son style, oui.

Tu as quitté l’Argentine très jeune. Ton pays ne te manque pas trop ?

L’Argentine ne me manque pas car je prends le temps d’y retourner pour les fêtes de fin d’année ou en fin de saison. Je saute dans un avion et je retrouve ma famille quand j’en ai l’opportunité.

À Paris, la pression médiatique est plus forte que presque n’importe où ailleurs. Comment tu gères cette pression ?

Je suis quelqu’un qui ne souffre pas beaucoup de la pression. La pression médiatique, je la subie depuis l’Argentine et l’Italie. C’est une habitude, quelque chose qui m’accompagne constamment. C’est le jeu et le lot d’une personne connue. Mais je suis tranquille. La pression ne m’affecte pas le moins du monde.

Quel est selon toi ton meilleur souvenir dans le football ?

Mon meilleur souvenir ? Mettre des buts, tout simplement. Ce sont les buts qui m’animent. Pour un attaquant, mettre un but sera toujours son meilleur souvenir.

Écharpe BOSS x PARIS SAINT-GERMAIN

Credits
Photographer
Pa Mulier/Hypebeast France
Editor
Léo Vanpoulle
Tags
Share
 

Aidez-nous à mieux vous servir

Nous apprécions votre soutien en autorisant des publicités HYPEBEAST, où nous pouvons partager des contenus liés aux dernières tendances, et culturellement pertinents. En ajoutant HYPEBEAST à la liste blanche de votre bloqueur d’annonces, les annonces diffusées sur nos sites seront diffusées pendant la navigation.