Affaire Booba/Kaaris : Pourquoi Aucun Spécialiste Du Rap Français N'Est Allé Répondre Aux Questions Des Médias Mainstream

Entretien fleuve avec le journaliste Mehdi Maizi et Fif co-fondateur de Booska-P.

Les nôtres ils se cognent, aux Etat-Unis il se tirent dessus, alors on pourrait se dire qu’on s’en sort pas trop mal (…) On voit bien avec le rap qu’on a une contre-culture ou une para-culture”. Il est 7h54 du matin sur BFM TV et l’éditorialiste Christophe Barbier fait sa chronique sur l’affaire Kaaris/Booba. Un jour plus tôt les deux rappeurs en sont venus aux mains dans le hall de l’aéroport d’Orly. Le 2 août à minuit 40, l’émission de radio Les Grandes Gueules lance un sondage sur Twitter : Booba et Kaaris, rappeurs ou racailles ? (si si c’est vrai) avec un système de votes en ligne. Sur le Huffington Post, le fondateur de l’agence de communication LaFrenchCom’, et qui se présente comme expert en communication de crise, ose même un article intitulé :Le clash Booba versus Kaaris n’est qu’une énième opération marketing dans la machine à cash du rap français” avec en phrase d’accroche : “Pour ces cyniques, soyons clairs, qu’on parle d’eux en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle d’eux!”. 

Dans toute cette gênance journalistique autre chose chagrine. Aucun expert identifié par l’eco-système du rap français actuel n’est en plateau des chaines d’info en continu. Les savants du jour n’ont aucune légitimité. Alors oui, chacun a le droit de donner son avis, mais pourquoi ces voix viennent assimiler la bagarre entre Booba et Kaaris à toute la galaxie du rap français ? En 2018, cette musique qui vend le plus de disques en France, ne se limite pas qu’aux rappeurs, elle est constituée de multiples entités et identités. Youtubeurs, journalistes, bloggueurs, snapchatteurs… ils sont nombreux à faire ce qu’est le courant musical aujourd’hui. Et ça, Christophe Barbier et sa clique semblent l’avoir oublié. En insinuant que le rap est une para-culture ils viennent de mettre de côté tous ceux qui gravitent dorénavant dans ce qu’est devenu le rap français. Alors où sont nos experts ? Jhon Rachid qui dans une émission Youtube “J’ai PAS mal au rap” vient chroniquer les meilleurs albums, Fif et Hamad co-fondateurs de Booska-P, plus gros site dédié à l’actualité du rap en France, Mehdi Maizi, animateur de l’émission La Sauce sur OKLM radio et de NoFun sur Deezer…

Ils ont bien été contactés par toutes les rédactions avides du buzz du jour. Mais voilà, nous sommes en 2018 et l’ère du 2.0 a fait basculer le rapport de force. Sur Twitter Fif et Mehdi Maizi ont partagé à coup de captures écran les sollicitations reçues. Et sans se concerter, tous ont décidé de boycotter ce système médiatique qui choisit de traiter seulement le rap sous le prisme du bad buzz. La télévision et les grosses rédactions n’arrivent plus à asseoir leur pouvoir sur les générations biberonnées au web. Pourquoi aller sur un plateau TV qui ne semble pas toujours respecter le rap français quand de nombreuses émissions radio ou émissions Youtube imaginées par la jeunesse sont là pour l’encenser et le décrypter ? Nous avons tenté de comprendre pourquoi et comment cette bagarre entre Kaaris et Booba est en fait venue soulever un changement dans la société. Si cet événement fera certes date dans le rap français, c’est un autre clash qui vient de se jouer, bien loin des halls d’aéroports. Entretien fleuve avec le journaliste spécialisé du rap Mehdi Maizi et Fif, co-fondateur de Booska-P.

HYPEBEAST : On vous a vu largement relayer le fait que vous ne souhaitiez pas aller sur les plateaux TV. D’où vient ce boycott et même ce malaise ?

Fif (co-fondateur Booska-P) : Ils ont essayé d’appeler tous les acteurs du rap, manager, producteur, journaliste… et sans se concerter tout le monde a décliné ces invitations. Seules deux personnes sont allées devant les caméras, mais pour moi, les “vrais” gens du rap français ont tous refusé. Nous ça ne nous intéresse pas de parler d’une affaire qui est un petit phénomène. Sur Booska-P nous avons fait le choix de ne pas relayer la bagarre. Au début de Booska, quand les clash ont commencé à l’époque de Booba et Rohff puis La Fouine, on en parlait mais toujours avec retenue. Evidemment ça nous rapportait des clics et beaucoup de visibilité, mais c’était des faux clics, ça tue ta crédibilité et l’image du site. Nous avons pris conscience qu’à travers notre métier nous étions des acteurs de ce mouvement et on a surtout envie que notre mouvement brille et soit respecté. Il y a trois ans nous avons fait un choix éditorial, tout ce qui touche aux clash/guéguerres dans le rap nous n’en parlons plus. Bonnes vibes only. Nous sommes tout de même un site d’information et en fonction de ce que donnera le jugement (la comparution immédiate de Booba et Kaaris n’avait pas encore eu lieu au moment de cette interview, ndlr) on avisera. On traite l’actualité du rap français alors nous devrons en parler si jamais ils devaient aller en prison.

Mehdi Maizi (animateur radio et journaliste spécialisé du rap) : Je m’y attendais car ce n’est pas nouveau. Récemment il y a eu la polémique créée de toutes pièces autour de Médine, et de la même manière j’avais été sur-sollicité et j’avais refusé également. J’ai refusé pour une seule raison, parce que dans ces médias là, même si l’idée n’est pas de tirer à boulets rouges gratuitement, on sait comment ils fonctionnent. La mécanique de ce type de médias fait que c’est très compliqué de défendre un point de vue et d’avoir un argumentaire. J’y suis déjà allé sur des sujets bien moins dangereux et tu parles 30 secondes d’un sujet qui mérite d’être développé. Par exemple Médine c’était un sujet qui avait sa place sur ces médias-là, parce qu’il y avait énormément de fantasmes autour de cette histoire qu’il aurait fallu déconstruire. J’aurai pu aller sur ces chaines d’info mais à condition d’avoir de la place pour m’exprimer et qu’il y ait débat. Or là-bas, comme l’a souligné Fif, il n’y a pas de place pour ça. Il faut aller vite, il faut qu’il y ait du rythme, il faut avoir la punchline au bon moment. Ce que j’ai également ressenti c’est que sur cette affaire, il n’y avait rien à expliquer. Evidemment il y a eu violence, évidemment qu’on condamne ça. Nous ne sommes pas les avocats de Kaaris, de Booba ou même du rap. Si la question c’est de savoir si c’est bien ce qui s’est passé, non évidemment que ce n’est pas bien. On ne cautionne pas la violence. Maintenant est-ce que ça a un rapport avec le rap ? Est-ce que ça signifie que les rappeurs sont tous des voyous ? Voilà pourquoi je ne veux pas aller sur ce terrain-là parce qu’on va me poser ce type de question : “Mehdi est-ce que ce n’est pas choquant mine de rien deux rappeurs qui se battent ?“, et quand tu as 15 secondes pour répondre évidemment que ton propos va être biaisé et bien sûr que je vais répondre que ce n’est pas bien. Mais est-ce que ça mérite qu’on tire des conclusions hâtives sur le reste du rap ? On nous invite pour débattre sur des sujets tels que “le rap mauvais exemple pour la jeunesse”, “quand le rap dérape”, et les termes du débat sont faussés. Moi je me suis posé la question quelques minutes quand j’ai reçu toutes ces demandes. J’y vais ou je n’y vais pas ? Parce que si ce n’est pas nous ce sont des gens qui vont d’abord y aller pour le buzz. Certains n’ont pas hésité à remettre leur passage de BFMTV sur leurs réseaux sociaux par exemple, tout en critiquant la chaîne qui les a invités. Notre travail ce n’est pas de défendre le rap à chaque fois qu’on prend la parole surtout qu’ici il n’y a rien à défendre. Deux mecs se sont battus, ils vont être entendus par la justice, le rap lui il suit son cours. Travis Scott a sorti un album, Sofiane a sorti un clip… C’est de ça qu’on doit parler, notre travail de journaliste ce n’est pas de décrypter une bagarre dans un aéroport. Après on peut en parler, ce fait est évidemment un événement important du rap français mais je préfère qu’on en parle sur nos médias à nous, ou comme sur HYPEBEAST où on va maîtriser les termes du débat que sur une autre plateforme où on va tout faire pour nous piéger et essayer de nous faire dire qu’on cautionne ça alors que ce n’est pas le cas.

Fif : Ces émissions ne nous invitent que pour parler du rap en négatif. Ils veulent crédibiliser leur émissions avec des experts tout en ayant déjà une liste de clichés sur notre musique. Ils ne nous demandent pas une expertise ils nous demandent un jugement. Le rap c’est aussi Soprano qui remplit des stades, c’est aussi Naza qui a été l’hymne des Bleus pendant la coupe du monde. Mais pour eux tout est déjà prêt, on saupoudre un peu de misogynie, un peu d’homophobie, un peu d’islam et on a le cocktail explosif. C’est de la malhonnêteté intellectuelle. Si on va là-bas on se retrouve à débattre avec des gens qui ne sont pas là pour entendre ce que nous avons à dire. Je pense également qu’il y a eu un élément déclencheur à ce refus d’apparaître à la télévision. Personnellement le passage de VALD chez Ardisson ainsi que ceux de Damso et Orelsan chez Quotidien m’ont vraiment interpellé. En regardant les images on avait l’impression que le rap n’était arrivé qu’hier pour ces gens là. On avait l’impression d’être des indigènes. Orelsan par exemple on lui a reparlé de son morceau “Sale Pute”, même s’il a gagné tous ses procès et qu’il s’est expliqué. On n’avance jamais, il faut sans cesse se répéter, le temps s’écoule et il n’y a plus le temps de parler de tout ce qui rend beau le rap dans ce type d’émissions. Soprano est le premier rappeur à remplir un Vélodrome, Gims arrache tout en ce moment…

Mehdi : Pour rebondir sur ce que dit Fif, il y a un événement qui a traumatisé notre génération, ce sont les émeutes de 2005 qui n’avaient rien à voir avec le rap à la base mais c’était la première fois depuis très longtemps qu’on voyait des rappeurs à la télé. Ils avaient été invités pour parler des banlieues et ils avaient envie de faire entendre leurs voix à cette époque-là mais leur propos ont souvent été déformés et réduits au strict minimum. On s’est surtout rendu compte qu’on appelait les rappeurs uniquement lorsqu’il y avait des problèmes en banlieue pour discuter et les mettre en lumière. C’est un petit peu ce que je ressens aujourd’hui. J’irai avec plaisir sur BFMTV si on nous invitait pour décrypter les événements liés au rap français, les records de streaming par exemple, et bien sûr pour parler de ce qui s’est passé entre Booba et Kaaris mais pas juste en épouvantail. Il faut parler de ces sujets au milieu de tous les autres sujets qui concernent le rap français dans son ensemble, positifs ou négatifs.

HYPEBEAST : Ce message vous leur avez fait passer aux journalistes qui vous ont sollicités ? Y a-t-il un dialogue avec eux ? Une tentative d’explication sur vos refus ?

Fif : J’ai mis des captures écrans sur Twitter des propositions qu’on a eues. Mais comme je l’ai dit un peu plus haut, ils ne veulent pas nous entendre. Ils nous veulent à un moment bien précis et après plus rien. Ils ne veulent pas discuter avec nous de rap, ils veulent tenter de crédibiliser leur émissions à un instant T. Ça ne nous intéresse pas de nous poser en expert sur une bagarre entre deux rappeurs. Il n’est pas là notre champ d’expertise.

Mehdi : Il y a zéro communication avec eux. Pourquoi ? Parce qu’on est souvent contacté par le stagiaire du stagiaire qui doit trouver un expert dans les 10 minutes. On dit non, et hop il passe au suivant. Alors non, il faut le dire, il n’existe aucune communication entre nous. Mais là il s’est peut-être passé quelque chose. J’ai largement tweeté mon mécontentement par rapport à ça, Fif aussi, ainsi que d’autres acteurs du rap français. Ces tweets ont été extrêmement partagés et suite à ça beaucoup de gens de ces rédactions se sont mis à me suivre alors je ne sais pas si ça va créer un précédent, on verra, mais j’ose espérer que le message est passé et qu’ils ont compris qu’on n’a pas envie de jouer ce jeu-là et qu’aller sur les plateaux de BFM, ça pouvait nous faire rêver il y a 10 ans mais aujourd’hui c’est secondaire. Il n’y a rien d’excitant ou d’attractif là-dedans. Quand tu as vu l’envers du décor une fois, on a beau essayer de te charmer en t’appelant un taxi, ça ne change rien. Nous on veut juste discuter sérieusement de la musique qu’on aime.

Fif : Pour être honnête, Mehdi et moi dans notre milieu on est déjà des “reusta” (rires). On n’a pas besoin d’aller à la télé pour flatter notre ego ou chercher une notoriété. Etre connu de la ménagère de 50 ans ça ne m’intéresse pas. Je veux qu’on respecte notre art et là-bas il n’y a pas la place pour ça. Chacun a suffisamment bien évolué dans sa carrière professionnelle pour ne pas chercher une petite fierté personnelle que pourrait apporter la télévision.

Mehdi : Tout ce qu’on dit là ça soulève un sujet qui est lié aussi à tout ça. L’indépendance de l’éco-système rap est énorme comparé à il y a 10 ans. Avant on avait besoin d’aller dans ces médias pour faire entendre la voix du rap, pour que les rappeurs soient davantage connus nous avions besoin d’aller chez Ardisson ou Ruquier… Aujourd’hui tous les mois on croise des rappeurs qui font disques de platine en ayant simplement fait des interviews chez rapelite, booska-p, oklm et qui n’ont jamais mis les pieds dans les médias généralistes. Alors oui, on peut se dire que cette bagarre peut donner une image négative du rap, mais de toute façon c’est donner une image négative de notre musique à des gens qui ont déjà une image néfaste du rap. Le rap ne s’arrête pas là, les gens qui aiment cette musique ils attendent déjà le prochain album de Niska. Ça ne va pas ternir l’image qu’ils en ont. Bien sûr que c’est un événement triste dans le milieu du rap et qui fera date, et évidemment qu’on en parlera encore dans quelques années, il n’y a qu’à voir l’impact que ça a eu, mais le rap continue son bonhomme de chemin. Fricoter avec la presse généraliste on n’est pas contre mais ça dépend sous quels termes. Le rap est sorti de cette hégémonie des médias mainstream. Je ne suis pas en train de dire “fuck tout le monde on reste entre nous“, je veux juste dire que nous n’avons pas nécessairement besoin de ces gens-là pour avancer.

HYPEBEAST : Est-ce que maintenant, avec votre statut d’expert du rap français auprès de la jeune (ou moins jeune) communauté qui aime cette musique, n’arrive pas une certaine responsabilité ? Beaucoup se sont demandés “si vous n’y allez pas alors qui ira à votre place ?” ou “qui pour défendre notre musique ?” Sans tomber dans le cliché de “parce qu’on aime le rap alors il faut dire haut et fort qu’on se désolidarise de la violence”, est-ce que vous ne vous êtes pas dits qu’il y avait peut-être la place, même en 10 minutes de débat, de faire changer certaines idées pré-conçues et terriblement ancrées ?

Mehdi : Honnêtement non, parce qu’on a des médias dans lesquels on a le temps de prendre la parole. Je l’avais fait pour la polémique autour de Médine, j’en avais parlé longuement dans mon émission de radio. Là c’est les vacances, mais évidemment qu’on en aurait débattu dans nos émissions. Si la communauté a besoin qu’il y ait une discussion sur le sujet j’ai l’occasion de prendre la parole dans mon émission quotidienne. C’est bien plus sain de le faire via nos canaux, on y a accès. Je ne crois pas au fait qu’en 2 min, avec des regards inquisiteurs posés sur moi sur un plateau TV, je vais réussir à expliquer que le rap ne se limite pas à deux mecs qui se tapent dessus. Peut-être que je suis négatif, mais je n’y crois pas. Je ne veux pas dire non à tous les médias généralistes, je veux juste sélectionner ceux qui serviront le rap. Je pense par exemple à l’émission de Frédéric Taddeï, “Ce soir (ou jamais!)” à l’époque j’aurais adoré parce que c’est une émission qui laisse du temps et de l’espace pour s’exprimer. Et peu importe ce qu’il y a devant moi et les contradictions auxquelles il faudra faire face. Il faut du temps pour faire valoir un point de vue.

Fif : On regarde tous ces chaines d’info en continu ou les émissions d’Ardisson, et ils arrivent tous avec leur mauvaise foi. On a vu les politiques se casser les dents. Ce n’est pas une bataille productive. Chacun peut s’emmêler les pinceaux parce que c’est un exercice de style et il n’y a pas assez de temps pour que des phrases sorties d’un contexte par exemple soient remises à leur place. On a une émission qui s’appelle After Rap sur le Mouv et si ça n’avait pas été la pause estivale, nous en aurions parlé pendant une heure et nous n’aurions pas titré ça “Le rap dérape”. Non c’est deux mecs qui ont dérapé, pas le rap en entier. Kaaris et Booba ne font pas à eux seuls le rap français, ils font partie d’un mouvement beaucoup plus large.

HYPEBEAST : On peut faire un triste parallèle avec Bertrand Cantat, la comparaison peut paraître opportuniste, mais le rock n’a pas dérapé suite à cette affaire… Du moins l’information n’a pas été traitée de la sorte à l’époque. 

Mehdi : Jamais un journaliste n’a demandé à Philippe Manœuvre s’il cautionnait l’acte de Bertrand Cantat. Jamais. Nous en revanche on va nous poser ce type de question : “c’est un bon exemple pour la jeunesse ?“. Non, évidemment que non. Nous n’avons pas peur des gens que nous avons en face de nous, mais plutôt peur du système médiatique.

Fif : Soprano a vendu 800 000 places de concerts en 2017. Personne n’en a parlé. C’est le rappeur qui a vendu le plus de places de concert et ça ne fait pas les gros titres. Aller chez Pascal Praud pour se faire couper la parole et se faire broyer par une machine médiatique qui n’existe que pour favoriser les clichés et non débattre, ça ne nous intéresse pas. On connait les techniques et on a décidé de les contourner.

HYPEBEAST : Est-ce qu’on ne va pas tendre à un boycott de la part du milieu du rap, tout acteurs confondus, de ces médias-là dans les années à venir ? 

Fif : Quand on fait le bilan, entre nous, de la façon dont les rappeurs sont traités à la télévision, c’est sans appel. Je leur dis aux rappeurs : vous faites des disques de platines sans jamais passer dans ces émissions. Ces gens-là ne nous appellent que lorsque nous sommes en haut des charts. C’est alors eux qui ont besoin de nous à ce moment-là. On est les vedettes, il leur faut des vedettes dans leurs émissions pour que leurs émissions fonctionnent. Mais ce n’est pas eux qui nous ont aidés à faire des 100 000 ventes. Alors après rentre en compte l’attaché de presse. Il doit cocher toutes les cases, élargir son réseau. Mais le rappeur ressort perdant. On l’a encore caricaturé. Tous les médias, les festivals veulent des rappeurs. On est une nouvelle tendance pour eux mais notre public se porte très bien sans eux.

Mehdi : Souvent ces rappeurs vont dans ce type d’émissions parce qu’ils ont de très bons attachés de presse dont le boulot c’est d’amener le rappeur là-bas. Son travail est divisé en catégories, les médias spécialisés, les médias mainstream, les TV. Et on arrive à un conflit entre ce qui va être bon pour l’attaché de presse et ce qui va être bon pour l’artiste. Sadek chez Ruquier ça fonctionne parce qu’il est armé pour ça, il a le bagou. La Fouine chez Ruquier pareil et Zemmour adore Le Fouine pour une raison que j’ignore… mais ça a fonctionné. Mais pour beaucoup d’autres ça se transforme en piège. Booba par exemple, il a mis du temps avant de le faire, il a compris que lui et les télés ça ne marchait pas. Il n’avait pas le bon langage et il était vu comme une caricature. Il ne faut pas résonner en terme de boycott mais plutôt penser au bon programme pour la bonne personne.

HYPEBEAST : Une question de bon featuring…

Mehdi : Exactement, on en revient à ça (rires). Faire son morceau chez Hanouna c’est super. C’est un des seuls médias en France où tu vas pouvoir jouer un de tes titres et le promouvoir. Alors pourquoi pas. Il faut être correctement armé pour aller là où on va t’emmener.

Fif : Mais parfois on peut penser que ça va fonctionner et finalement ça ne marche pas. Je repense à Nekfeu chez Ruquier. Le mec on l’a accueilli avec des “yo yo”, “wesh wesh”. On est encore dans les caricatures “casquette à l’envers”. On en est encore là après des années et des années d’existence et d’évolution.

Mehdi : Nous on a la trentaine, on a grandi avec la télé, le rappeur Fianso pareil. Il aime jouer avec ça, il a cette culture de l’écran. Mais il y a plein de rappeurs de maintenant qui n’ont pas grandi avec ça. Le rappeur Lorenzo par exemple, je ne sais pas s’il allume la télé une fois dans la semaine. Ces nouveaux rappeurs ils savent que leur public est ailleurs que derrière un poste de télé. Alors tant que la télévision n’essaiera pas davantage de créer un dialogue avec cette nouvelle génération, elle la délaissera. Les Anges de la télé-réalité, c’est ça le seul programme pour la jeunesse ? S’il n’y a pas de programmes culturels imaginés pour elle, la jeunesse et par extension le rap, parce que c’est une musique écoutée par des jeunes, se détournera de la télé et de ces médias-là.

Fif : La majorité des rappeurs ils aiment aller chez Hanouna parce que c’est un animateur qui aime le rap et il les reçoit avec des vannes, pas des remarques blessantes et caricaturales. Il est bienveillant et si jamais il doit lancer une pique il sait le faire de façon humoristique. L’année dernière il a remis à beaucoup de rappeurs leurs disques d’or et de platine. A contrario dans les articles que j’ai lu dans Le Monde ou le Huff Post ces derniers jours, on sent que c’est écrit par des journalistes qui n’aiment pas le rap. Et je le répète, si bien sûr on peut parler de cet événement Booba/Kaaris, on ne peut pas le faire rayonner sur toute une culture et sur tout le travail de tous les acteurs du milieu du rap. Quand on incrimine le rap, c’est tout le milieu urbain qui se sent touché, vineur, youtubeur… Toutes ces personnes là elles sont et font la culture urbaine d’aujourd’hui, et en disant que le rap dérape c’est comme si nous avions tous dérapé. Ne transposons pas tout ça sur une culture.

 

Depuis cette interview, Mehdi Maizi et Fif ont continué de rappeler sur Twitter que l’industrie du rap, c’est aussi de belles histoires. On peut se demander si le rap français ne serait pas en passe de mettre en détention provisoire une télévision qui, à force de l’avoir laissé de côté, de l’avoir placé à l’isolement, ne l’aura en fait que poussé à devenir ce qu’il est aujourd’hui. Un eco-système qui peut vivre en vase-clos avec ses propres canaux d’informations et qui, bien loin des clichés et des stéréotypes, s’est justement sorti de la prison dans laquelle depuis des années on a tenté de le mettre.

Pour les suivre : @Fif2Booskap et @MehdiMouse

Lire l'article en entier
More

Que lire ensuite

The Weeknd Et Puma Dévoilent Des XO x Puma Suede Montantes À Inspiration Militaire
Footwear

The Weeknd Et Puma Dévoilent Des XO x Puma Suede Montantes À Inspiration Militaire

Pour fêter les 50 ans de la paire iconique.

Un Gratte-Ciel Chinois Dévoile Une Chute D'Eau De 100 Mètres
Design

Un Gratte-Ciel Chinois Dévoile Une Chute D'Eau De 100 Mètres

Une des plus grandes cascades artificielles au monde.




Voici Tous Les Samples De L'Album "ASTROWORLD" De Travis Scott
Musique

Voici Tous Les Samples De L'Album "ASTROWORLD" De Travis Scott

Rendant hommage aux grands noms du rap.

Travis Scott Dévoile Le Drop 4 Du Merch "ASTROWORLD"
Mode

Travis Scott Dévoile Le Drop 4 Du Merch "ASTROWORLD"

Toujours disponible pendant 24 heures.

More ▾